Un patient éclairé

Au cours de votre prise en charge, vous avez la possibilité de vous exprimer et de faire connaître votre volonté. Des dispositions réglementaires et des outils sont là pour vous guider dans vos choix. Renseignez-vous auprès de votre médecin et de l'équipe soignante.

La prise en charge de la douleur

Les douleurs altèrent le confort et la qualité de vie. Elles diminuent votre énergie et retentissent sur votre vie quotidienne. Traiter votre douleur, c’est possible.

 Dans notre établissement, les équipes soignantes s’engagent à prendre en charge votre douleur et à vous donner toutes les informations utiles. Votre participation est essentielle, personne ne peut, ni ne doit se mettre à votre place.

 

LE CONSENTEMENT ÉCLAIRÉ AUX SOINS :

Le principe : tout acte médical et tout traitement doit faire l’objet d’un consentement libre et éclairé de la part du patient. À cette fin, le patient doit être informé des conséquences de ses choix et des risques éventuels des soins proposés.

Cas particuliers :

  1. lorsque la personne n’est pas en état d’exprimer sa volonté, la personne de confiance ou la famille ou, à défaut, un de ses proches doit être consulté préalablement.
  2. le consentement du mineur ou du majeur sous tutelle doit être systématiquement recherché. Si le refus de traitement par la personne titulaire de l’autorité parentale, ou par le tuteur, ou un majeur sous tutelle, risque d’entraîner des conséquences graves pour la santé de la personne concernée, le médecin donne les soins indispensables.

 

EXPRESSION DE LA VOLONTÉ DU PATIENT RELATIVE À LA FIN DE VIE

« Les directives anticipées » (cf. article L.1111-11 du code de la santé publique) Toute personne admise dans un établissement de santé ou dans un établissement médico-social peut signaler, à tout moment, l’existence de directives anticipées. Elles indiquent ses souhaits relatifs à sa fin de vie et les conditions concernant la limitation ou de l’arrêt de traitement. Cette mention, ainsi que les coordonnées de la personne (y compris la personne de confiance) qui en est détentrice, sont portées dans le dossier médical. Pour être suivies par le corps médical, elles doivent avoir été établies moins de trois ans avant l’état d’inconscience de la personne. Si vous désirez élaborer vos directives anticipées, il est souhaitable de vous faire aider par un professionnel de santé à l'hôpital ou à domicile.

Un formulaire est à votre disposition depuis cette page.

Documents à télécharger