Tumeur de vessie - Résection endoscopique sous luminofluorescence

.... ou lumière bleue

 

  1. Epidémiologie du cancer de vessie 

L’incidence en France est en augmentation (1% par an) au cours de la dernière décennie avec 12 305 nouveaux cas en 2015 dont 80% chez l‘homme. Une augmentation importante de l’incidence chez les femmes a également été observée. Ce cancer occupe la 4ème place en incidence et la 7ème en mortalité tous cancers confondus. Les facteurs de risques connus sont le tabagisme, les professions en contact avec des toxiques et le syndrome métabolique. 

 

 

2. Signes de découvertes

 

Les signes cliniques devant faire suspecter une tumeur de vessie sont :

  • Une hématurie macroscopique (saignement dans les urines) +++
  • Une irritation vésicale en l’absence d’infection (pollakiurie, brûlure urinaire)

Votre médecin traitant vous fera réaliser une échographie réno-vésicale et la lésion pourra être confirmée en fibroscopie vésicale par votre urologue.

 

 

3. Technique standard

 

A l’heure actuelle les lésions de vessie suspectes de malignité sont traitées par RETV (Résection endoscopique de tumeur de vessie) en lumière blanche. Cette procédure est réalisée sous anesthésie générale par les voies naturelles. L’ensemble des lésions visibles sont retirées et analysées en anatomopathologie sous microscope. 

 

Après l’intervention, le patient aura une sonde vésicale avec des lavages pendant 2 à 4 jours en fonction du geste chirurgical. Le retour à domicile se fera après l’ablation de la sonde et reprise de la miction.

 

4. La technique en lumière bleue ou Hexvix

 

Il s’agit d’une technique qui renforce le contraste visuel entre les cellules bénignes et les cellules malignes par l’interaction d’une lumière spécifique sur un agent photo sensibilisant présentant une affinité particulière pour les cellules tumorales. Certaines lésions tumorales sont très peu, voir invisibles, en lumière blanche et repérées dans 60% des cas. L’utilisation de la lumière bleue permet de repérer ces lésions dans plus de 95% des cas selon certaines études scientifiques. 

 

 

 

 Les bénéfices pour le patient sont indiscutables :

  • Diminution du risque de récidive et donc de nouvelle intervention.
  • Une meilleure efficacité des traitements endo-vésicaux. 

De plus, de nombreuses sociétés savantes dont les sociétés Française et  européenne recommandent l’utilisation de cette technique dans le traitement des tumeurs superficielles de vessie.

 

Dans ce but, le service d’urologie de l’hôpital de Libourne s’est doté de cette technique afin de proposer aux patients une prise en charge optimale des cancers de vessie.

 

tumeur_vessie_hopital_libourne_2.jpg
lumionofluorescence_tumeur_vessie_hopital_libourne.jpg