Anévrisme de l'Aorte

Deux techniques peuvent être proposées pour traiter un anévrisme de l'aorte.

Le traitement chirurgical ....

... ou mise à plat greffe, est réalisé depuis plusieurs décennies. Cette intervention nécessite, sous anesthésie générale, une laparotomie (ouverture de l’abdomen). 

La laparotomie peut se faire par une incision verticale ou transversale de l’abdomen ou par une incision sur le côté gauche. L’abord peut parfois se faire par laparoscopie (par l’intermédiaire de petites incisions et de l’utilisation d’une caméra vidéo).

Le chirurgien va remplacer l’aorte par une prothèse vasculaire qui est cousu avec un fils non résorbable à l’aorte saine au dessus de l’anévrisme et à l’aorte ou aux artères iliaques au dessous.

Cette intervention a une durée variable en fonction de la complexité de l’acte chirurgical. La surveillance post opératoire peut nécessiter un passage de quelques jours en unité de surveillance continue.

La durée moyenne de l’hospitalisation est de 8 jours, celle ci pouvant varier en fonction de l’état pré opératoire et des suites post opératoires.

 

Le traitement endovasculaire...

... consiste à exclure l’anévrisme à l’aide d’une endoprothèse (prothèse vasculaire renforcée d’un stent, ressort métallique). Celle-ci est introduite  par les artères fémorales dans l’aine. 

Elle peut être proposée si des critères morphologiques très précis sont respectés. 

Ces critères anatomiques sont étudié par le scanner. Cette technique ne nécessite pas d’ouverture de l’abdomen. L’abord des artères fémorales se fait soit par une petite incision dans l’aine soit sans ouverture par ponction cutanée.

La durée de l’intervention est très variable en fonction de la complexité technique de l’acte. La durée du séjour dépend des suites opératoires. Elle est souvent plus courte que pour le traitement chirurgical et peut-être réalisée sous-anesthésie locale.

 

 Traitement endovasculaire

Dans le traitement endovasculaire, l’exclusion de l’anévrisme peut se faire par une endoprothèse bifurquée qui est constituée de deux branches destinées aux artères iliaques ou par une endoprothèse aorto –uni iliaque qui est alors associée à un pontage croisé entre les artères fémorales droite et gauche.

Le choix de la technique endovasculaire est fait en fonction de critères morphologiques définis par l’étude du scanner. 

Les éléments principaux sont la longueur et le diamètre du collet proximal (segment d’aorte saine avant la dilatation anévrismale), le diamètre des artères iliaques et l’existence de tortuosités iliaques. 

L’étanchéité de l’endoprothèse est assurée par sa force radiale. 

 

Une nouvelle génération d’endoprothèse est en cours d’évaluation (endoprothèse fenêtrée) lorsque le collet proximal est très court. Cette endoprothèse est constituée de fenêtres à son extrémité proximale pour les artères rénales et l’artère mésentérique supérieure (branche de l’aorte qui irrigue l’intestin) afin de permettre un ancrage proximale même en l’absence de collet proximal .

endoprothese.png
endoprotheseaortouni.png
AAA-Figure4_large.jpg
AAA-Figure3_large.jpg